Les démolitions font de plus en plus de sans-abri

En mars, le nombre de foyers palestiniens démolis par les autorités israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est a augmenté pour le troisième mois consécutif, selon l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).



Depuis janvier, les autorités israéliennes ont démolis 176 édifices palestiniens, déplaçant par le fait même 333 personnes, parmi lesquelles 154 enfants. « La Cisjordanie est le lieu où est censé être situé le futur État palestinien, et sa viabilité diminue avec chaque nouvelle démolition », a dit Chris Gunness, le porte-parole de l’UNRWA, à Jérusalem.



En mars, 77 bâtiments ont été détruits, contre 29 en janvier et 70 en février.



La moitié des structures qui ont été détruites étaient des maisons. Il y avait aussi des étables, qui peuvent avoir autant de valeur pour les bergers que leur propre maison, a dit M. Gunness.



Le nombre de Palestiniens rendus sans-abri par ces démolition a également atteint un record, selon l’UNRWA. Les démolitions ont en effet touché 158 personnes en mars (parmi lesquelles 64 enfants), contre 70 en janvier et 105 en février.



Le capitaine Amir Koren, porte-parole de l’administration civile israélienne de Judée-Samarie (Cisjordanie), a dit à IRIN que ces structures étaient illégales.



« L’administration civile est responsable de l’application des lois en matière de planification et de construction en Judée-Samarie...Comme telles, les structures illégales bâties tant par des Israéliens que par des Palestiniens sont automatiquement démantelées en fonction d’un ensemble de priorités qui ont été amenées devant la Haute cour de justice des dizaines de fois par le passé ».



« Au cours des deux premiers mois de 2011, l’administration civile a exécuté 69 ordres lui intimant de démanteler des structures illégales construites dans la zone C par des résidents palestiniens ».



es/eo/cb –gd/amz