1. Accueil
  2. Monde

Nous avons dénoncé les abus sexuels des travailleurs humanitaires pendant l'épidémie d'Ebola. Et maintenant?

‘Ce n'est pas notre travail de journaliste de forcer les femmes à partager leurs détails avec d'autres.’

A girl stands in a green space, looking away from the camera.
Impunity over the alleged abuse of women and girls by aid workers and UN peacekeepers goes back decades. Here, a 12-year-old girl says she was raped by 10 UN peacekeepers in the Ivory Coast in 2007. (Brendan Bannon/Save the Children/REUTERS)

Certaines des histoires les plus difficiles que j'ai couvertes au cours des 25 dernières années concernaient les abus et l'exploitation sexuels de personnes qui étaient déjà victimes de violences, de catastrophes et de conflits lorsqu'elles étaient à nouveau victimisées par des hommes en position de pouvoir.  

Il y a eu l'histoire de cette jeune Haïtienne qui n'avait que 12 ans lorsqu'elle a été forcée d'avoir des relations sexuelles avec des casques bleus en échange de nourriture, celle de cette mère sud-soudanaise qui aurait été violée collectivement par des soldats devant sa fille, et celle de cet étudiant sri-lankais qui m'a dit avoir été tellement sodomisé par la police qu'il a maintenant du mal à utiliser les toilettes.  

L'une des raisons pour lesquelles ces histoires sont si dures est la vérité tenace qu'aucune de ces personnes n'a jamais été près d'obtenir justice, compensation ou paix.

Au cours des 18 derniers mois, The New Humanitarian et la Fondation Thomson Reuters ont interrogé plus de 70 femmes qui ont déclaré que des travailleurs humanitaires de certaines des plus grandes organisations du monde leur ont offert un travail en échange de relations sexuelles pendant l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo entre 2018 et 2020.

Plus de 40 de ces femmes ont accusé des hommes qui ont dit travailler pour l'Organisation mondiale de la santé. Une femme a dit avoir été violée ; une autre est morte après un avortement.

Grâce à notre travail, les organisations d'aide ont ouvert des enquêtes internes, le Comité britannique pour le développement international a demandé au gouvernement de sévir contre les organisations financées par le Royaume-Uni accusées d'abus sexuels, et les groupes d'aide ont commencé à recruter davantage de personnes chargées de prévenir l'exploitation sexuelle.

Une commission indépendante a également été créée en octobre pour enquêter sur les 44 allégations impliquant l'Organisation mondiale de la santé. Ce n'est toutefois que la semaine dernière que les enquêteurs nous ont demandé de les aider dans leur enquête.

Nous sommes en discussion avec la commission au sujet de l'enquête, mais d'autres enquêteurs nous ont récemment demandé pourquoi nous n'avions pas encore communiqué les coordonnées des femmes.

"Vous ne faites rien pour aider ces femmes", m'a dit récemment un haut fonctionnaire des Nations unies après que je l'ai appelé pour lui poser une question sur notre dernière enquête. "Si vous vouliez vraiment aider, vous aideriez les enquêteurs en partageant les informations. Vous faites pire que rien".

Je partage sa frustration, mais les journalistes ne sont pas l'ennemi.

Notre rôle en tant que journalistes est de rapporter des informations exactes et impartiales et - en tant qu'agence de presse humanitaire - de contribuer à amplifier les voix des personnes vivant au milieu des crises.

Mais notre rôle est aussi de protéger la vie privée des femmes qui en font la demande - pour des raisons allant de la sécurité personnelle au risque de stigmatisation au sein de leur communauté - et de respecter la capacité des femmes à décider pour elles-mêmes.

Il ne nous appartient pas, en tant que journalistes, de forcer les femmes à partager leurs informations avec d'autres, surtout lorsque nous ne pouvons pas leur dire ce qu'elles peuvent attendre en termes de justice ou d'assistance, ou comment les enquêtes seront menées.

Nous nous assurons cependant qu'elles savent comment faire des rapports officiels et nous les mettons en contact avec des groupes locaux de défense des droits de l'homme qui peuvent s'en charger. Nous veillons également à ce qu'elles sachent que nous sommes prêts à les aider si elles souhaitent que nous leur communiquions leurs coordonnées.

Jusqu'à présent, les femmes n'ont pas accepté.

Notre méthode de travail

Au cours des cinq dernières années de reportage sur les abus sexuels, tout le monde, des responsables de l'application des lois aux travailleurs humanitaires, m'a demandé à de nombreuses reprises ce que nous, journalistes, faisons réellement pour aider les victimes. Partageons-nous les coordonnées des victimes avec l'ONU et les autres enquêteurs? Allons-nous à la police avec les noms des auteurs présumés? Faisons-nous pression sur les gouvernements pour qu'ils fassent pression sur ces affaires? Aidons-nous les victimes à se réinstaller si elles sont menacées?

La réponse à ces questions est non. En revanche, nous aidons les femmes à raconter leur histoire et à sensibiliser le public à la situation.

Il faut des heures, plusieurs jours et parfois des semaines pour interviewer les victimes - dont certaines nous ont dit qu'il serait erroné de les appeler des survivantes.

Mais bien avant de planifier un voyage de reportage - et avant même de savoir si nos tuyaux vont fonctionner - nous planifions la manière dont nous allons mener les entretiens pour assurer la sécurité des victimes potentielles.

Avons-nous suffisamment de femmes dans notre équipe de reportage? De quelles langues aurons-nous besoin? Où pouvons-nous organiser des entretiens en toute discrétion? Comment pouvons-nous aider les femmes à se rendre aux entretiens? Comment pouvons-nous éviter d'ajouter à leur détresse lorsqu'elles racontent les détails douloureux de leurs abus?

Une fois sur place, nous prenons le temps nécessaire pour que les personnes puissent partager leur histoire. Nous demandons également aux femmes si elles nous autorisent à partager leurs détails avec les enquêteurs ou avec d'autres personnes susceptibles de les aider, comme les associations locales de femmes.

Même si elles refusent, nous nous assurons que nous savons comment les contacter à l'avenir. Cela signifie aller plus loin en demandant le numéro de téléphone d'amis ou de membres de la famille au cas où les numéros de téléphone changeraient, ou en conduisant plusieurs fois un itinéraire pour être sûr de se souvenir des points de repère au cas où nous devrions leur rendre visite à leur domicile.

Enquêtes indépendantes

Lors de la rédaction de notre première enquête, publiée en septembre, nous avons demandé aux femmes si elles souhaitaient communiquer leurs coordonnées aux agences des Nations unies, aux ONG ou au ministère de la Santé du Congo. Nous leur avons également parlé de SOFEPADI, une organisation locale de défense des droits des femmes.

Dans notre dernière enquête, une commission indépendante venait juste de commencer. Ce n'est qu'en mai que les enquêteurs ont commencé à travailler.  

Bien que nous soyons prêts à recontacter les victimes pour voir si elles ont changé d'avis sur le partage d'informations avec les enquêteurs - les rapports supplémentaires ne sont pas bon marché au Congo, et les provinces touchées par Ebola sont maintenant sous la loi martiale en raison d'une récente flambée de violence qui a tué des centaines de personnes - nous avons besoin de plus d'informations avant de le faire.

Sur la base de conseils d'experts, voici quelques-unes des questions que nous avons posées à la commission (en anglais et en français) et que les femmes sont susceptibles de poser avant d'accepter de partager leurs informations.

  • Quelle est la méthodologie utilisée pour les enquêtes?
  • Combien d'enquêteurs avez-vous, et quelles langues parlent-ils?
  • Allez-vous partager les détails des femmes avec l'OMS ou d'autres enquêteurs des Nations Unies?
  • Si les femmes acceptent de donner les noms des auteurs présumés, comment ces informations seront-elles traitées pour assurer la sécurité des femmes? (Au Congo, les accusés sont autorisés à confronter leurs accusateurs au tribunal).   

Quels résultats les femmes peuvent-elles attendre du rapport de la commission?

Ces femmes ne sont pas des enfants. Elles connaissent les risques auxquels elles sont confrontées - châtiment, stigmatisation, violence domestique, pour n'en citer que quelques-uns - et elles ont également constaté combien il est rare que les victimes d'abus sexuels obtiennent justice ou réparation, en particulier au Congo.  

Je partage leurs préoccupations.

Au cours de nos reportages de ces dernières années, nous avons découvert que certaines enquêtes de l'ONU ont été bâclées ou ont mis des années à aboutir. Les victimes ont aussi été régulièrement discréditées. Des demandes de paternité ont été laissées en suspens. Et les autorités ont souvent choisi de ne pas poursuivre les affaires.

Prenons, par exemple, le cas d'une jeune Congolaise qui aurait été violée en 2017 par un civil britannique servant au sein de la mission de maintien de la paix de l'ONU. Bien que l'ONU aurait étayé la plainte, les autorités congolaises ont choisi de ne pas poursuivre l'affaire.

L'Agence nationale de lutte contre la criminalité du Royaume-Uni aurait pu se charger de l'affaire mais l'a abandonnée, et, comme l'agence est exemptée des lois sur la liberté d'information, nous ne saurons peut-être jamais pourquoi.

Les autorités congolaises ont promis d'enquêter sur les allégations soulevées lors de nos investigations, mais le ministre des Droits de l'homme, André Lite Asebea, a déclaré au début du mois que "les enquêtes n'ont pas progressé".

En dehors des 44 allégations contre des hommes qui ont déclaré avoir travaillé pour l'OMS, 10 des 73 femmes ont accusé des hommes du ministère de la Santé du Congo - le deuxième plus grand nombre d'allégations.

Chantal Yelu Mulop, conseillère spéciale du Congo en charge de la jeunesse et des violences faites aux femmes, a programmé une réunion Zoom pour le 29 octobre peu après la publication de notre première enquête. Le but de la réunion était apparemment d'en savoir plus sur les allégations, étant donné que certaines d'entre elles auraient pu constituer des infractions pénales.

Finalement, aucun représentant du gouvernement congolais ne s'est présenté à l'appel. Aucune explication n'a été donnée. Nous avons essayé de faire un suivi, mais nous n'avons pas eu de nouvelles depuis.

D'autres groupes ont également été accusés par des femmes.

Oxfam, qui a refait parler d'elle dernièrement, a également lancé une enquête indépendante sur ses opérations au Congo. Des dénonciateurs ont accusé des cadres supérieurs d'exploitation sexuelle, d'intimidation et de corruption. Au cours de notre enquête, une femme a accusé un employé d'Oxfam de viol.

L'organisation caritative affirme qu'elle fournit une assistance à cette femme, mais même cette affaire soulève des questions de responsabilité : Le violeur présumé ou Oxfam doivent-ils être tenus pour responsables?

Le Bureau des services de contrôle interne des Nations unies, quant à lui, enquête sur des plaintes distinctes contre l'UNICEF et l'agence des Nations unies pour les migrations, l'OIM.

*D'autres ONG citées - l'organisation caritative médicale ALIMA, l'International Rescue Committee (IRC) et l'International Medical Corps (IMC) - ont également déclaré avoir examiné les allégations portées contre leur personnel. Ils n'ont pas encore lancé d'enquêtes indépendantes.

Nous sommes une salle de presse à but non lucratif aux ressources limitées (cliquez ici si vous souhaitez soutenir notre travail), mais nous nous engageons à continuer de dénoncer l'exploitation et les abus sexuels dans le secteur de l'aide humanitaire sur le long terme, même si les changements au sein du système peuvent être lents.

Nous avons fait le premier pas en rapportant les allégations de ces femmes et en aidant à sensibiliser les agences d'aide et autres à leurs revendications.

Nous avons fait notre travail. Nous espérons que les organismes d'aide et les responsables de l'application des lois feront le leur.

(*Cette histoire a été mise à jour le 19 mai 2021 pour préciser que les ONG citées ont déclaré avoir examiné les allégations. Une version antérieure indiquait qu'elles avaient déclaré qu'elles allaient les examiner).

Traduction par Títílope Ajayi.

pd/ag/ta

Partager cet article

Help make quality journalism about crises possible

The New Humanitarian is an independent, non-profit newsroom founded in 1995. We deliver quality, reliable journalism about crises and big issues impacting the world today. Our reporting on humanitarian aid has uncovered sex scandals, scams, data breaches, corruption, and much more.

 

Our readers trust us to hold power in the multi-billion-dollar aid sector accountable and to amplify the voices of those impacted by crises. We’re on the ground, reporting from the front lines, to bring you the inside story. 

 

We keep our journalism free – no paywalls – thanks to the support of donors and readers like you who believe we need more independent journalism in the world. Your contribution means we can continue delivering award-winning journalism about crises.

Become a member of The New Humanitarian today

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join