1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Yémen

Un tiers des enfants âgés entre deux et cinq ans souffrent d’un retard de croissance

Selon un rapport international, la malnutrition infantile reste un sujet de préoccupation au Yémen ou près d’un tiers des enfants âgés entre deux et cinq ans souffrent de graves retards de croissance.

Intitulé Yemen Poverty Assessment – Evaluation de la pauvreté au Yémen – le rapport a été publié le 3 décembre. Préparé par le gouvernement du Yémen, la Banque mondiale et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ce rapport a révélé que la pauvreté était associée à la prévalence du retard de croissance et du faible poids chez les enfants yéménites.

Toujours selon le rapport, les données sur la prévalence du retard de croissance montrent une plus grande disparité entre les enfants des zones urbaines et rurales que les autres formes de malnutrition.

Ali al-Mudhwahi, directeur du service de la santé familiale au ministère de la Santé a confié à IRIN que le taux de retard de croissance était de 53,1 pour cent, le taux d’émaciation de 12,5 pour cent et le taux de faible poids de 45,6 pour cent.

Pour M. al-Mudhwahi, ces trois indicateurs ont été utilisés pour évaluer l’état de la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans. « Il y a 4,1 millions d’enfants de moins de cinq ans au Yémen », a-t-il ajouté.

Selon le Programme alimentaire mondiale (PAM) des Nations Unies, le taux de malnutrition chez les enfants yéménites fait partie des plus élevés au monde, les taux de mortalité infantile et de mortalité des enfants de moins de cinq ans étant estimés à 76 pour cent et à 102 pour 1 000 naissances vivantes, respectivement.


Photo: Mohammed al-Jabri/IRIN
Ali al-Mudhwahi, directeur du service de la santé familiale au ministère de la Santé

Qat

Selon l’organisation, les dépenses consenties pour le qat [une drogue douce euphorisante consommée par une bonne partie de la population du pays] se fait au détriment de la consommation de nourriture et le qat affecte la capacité de l’organisme à absorber des éléments nutritifs.

M. al-Mudhwahi a affirmé que son service avait pris un certain nombre de mesures pour tenter de réduire le problème de la malnutrition.

« Dans les communautés, nous avons choisi des bénévoles qui vont visiter des familles dans les zones rurales pour évaluer l’état nutritionnel des enfants et des mères à partir de certains critères (tels que le poids et la croissance). Ces bénévoles pourront ensuite orienter les enfants et les mères malnutris vers des centres de santé. Ce programme sera appliqué dans 20 districts de six gouvernorats. Nous essayons également de l’étendre à d’autres gouvernorats », a-t-il expliqué.

La formation

Selon M. al-Mudhwahi, une autre initiative, la Gestion intégrée des maladies infantiles - Integrated Management of Childhood Illnesses (IMCI) – adopte une approche intégrée de la santé des enfants et met l’accent sur le bien-être holistique de l’enfant.

« Ce programme de formation est destiné aux agents de santé. L’initiative sera mise en œuvre dans 105 districts de 18 gouvernorats et vise à renforcer les compétences des agents de santé en matière de soins pédiatriques », a-t-il indiqué.

En avril 2007, le PAM a proposé au ministère yéménite de la Santé de fournir une aide alimentaire aux femmes et enfants malnutris, de 2007 à 2011. Cette aide alimentaire sera distribuée dans les centres de santé des zones rurales et 24 130 personnes en bénéficieront chaque année, a indiqué le PAM, ajoutant qu’une petite composante de ce programme inclut la fourniture d’une aide alimentaire aux patients atteints de tuberculose et de lèpre et qui sont sous traitement.

maj/ar/cb/ads/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join