1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Mali

Ruptures et répercussions au Mali

A typical street scene in Timbuktu. Mali. For generic use
(Emilio Labrador/Flickr)

Tandis que les leaders européens et africains continuent de mettre en garde contre les risques d’une partition du Mali, les mouvements rivaux qui appuient la création d’un nouvel État indépendant dans le nord du pays ne parviennent pas à s’entendre sur la mise en œuvre de l’accord conjoint qui a donné naissance à la République islamique de l’Azawad. La situation actuelle fait planer le doute sur l’avenir du projet d’État et laisse croire que l’unité de façade qu’affichent les deux mouvements masque en réalité de profondes divisions.

Selon certaines informations, le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), dominé par les Touaregs, aurait signé un accord avec le mouvement islamique Ansar Dine le 25 mai à Gao, dans le nord du pays. Or, les interviews, les communiqués et les comptes-rendus contradictoires qui ont circulé dans les jours qui ont suivi suggèrent que l’accord élaboré après trois semaines de négociations n’était, au mieux, qu’un document préliminaire et que des désaccords ont refait surface au moment de l’élaboration d’un communiqué final.

Des partisans du MNLA ont exprimé de vives appréhensions face à ce que plusieurs considèrent comme une capitulation devant les ambitions prétendument théocratiques d’Ansar Dine. Le leader d’Ansar Dine, Iyad Ag Ghali, qui, selon certaines informations, n’a pas participé à la signature du document à Gao, réclame depuis toujours l’instauration de la charia, un élément qui ne fait pas partie du programme du MNLA.

Après la signature de l’entente à Gao, le porte-parole du MNLA Moussa Ag Acharatomane a dit à IRIN depuis Paris que le militantisme d’Ansar Dine avait été largement exagéré et que les différences entre le MNLA et le mouvement islamique n’étaient pas si importantes : « Nous avons toujours partagé les mêmes objectifs, même si nos méthodes étaient différentes. »

D’autres défenseurs de l’entente signée à Gao ont souligné la volonté de l’organisation islamique de rompre les liens qu’elle entretient avec Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et d’autres organisations extrémistes opérant dans le nord du Mali, ajoutant que de tels groupes n’auront pas leur place dans le nouvel Azawad.

Or, certaines franges du MNLA se montrent franchement hostiles à l’égard d’Ansar Dine.

Map of Mali showing Timbuktu, Kidal and Gao towns

ReliefWeb
Map of Mali showing Timbuktu, Kidal and Gao towns
http://www.reliefweb.int/
Dimanche, septembre 19, 2010
A timeline of northern conflict
Map of Mali showing Timbuktu, Kidal and Gao towns

Photo: ReliefWeb

Dans une « lettre ouverte » adressée au secrétaire général du MNLA, Bilal Ag Achérif, des partisans du mouvement à Gao ont manifesté leurs inquiétudes face à la « position fondamentaliste, en particulier la défense du djihad salafiste », exprimée par Ansar Dine, et ont « fortement désapprouvé le projet de fusion entre le MNLA et le groupe islamique Ansar Dine », exhortant le MNLA à rompre l’accord le plus rapidement possible.

Position du gouvernement

Quels que soient les désaccords qui existent entre Ansar Dine et le MNLA au sujet de la forme que doit prendre le nouvel État, les autorités, à Bamako, demeurent inflexibles sur le fait que le Mali restera uni. Le porte-parole du gouvernement Hamadoun Touré a dit que celui-ci « rejetait catégoriquement toute idée de création d’un État de l’Azawad ».

Le député de Tombouctou El Hadj Baba Haïdara a dit à IRIN que l’alliance entre les deux mouvements révélait les véritables intentions du MNLA. « Le MNLA a tenté de courtiser les gouvernements des pays occidentaux en prêchant la modération et en se distanciant de l’islam radical », a soutenu M. Haïdara. « L’accord montre que le MNLA et Ansar Dine sont une seule et même entité. Depuis combien de siècles le Mali est-il un pays musulman ? Les gens du Nord n’ont jamais demandé à être ‘libérés’ de cette façon. »

M. Haïdara a dit qu’il était prêt à considérer la mise en œuvre d’une solution militaire dans le Nord si nécessaire. « Ces gens ont pris notre territoire par la force ; on peut donc les en déloger par la force. » Il a cependant reconnu que l’armée malienne n’était pas, pour l’instant, en position de mener une campagne militaire efficace.

Doutes au sujet du scrutin prévu pour 2013

Quoi qu’il arrive dans le Nord, les autorités installées dans le sud du pays semblent mal préparées pour résoudre la crise. Le départ du président par intérim Dioncounda Traoré, qui s’est rendu à Paris pour y recevoir des soins à la suite d’une attaque par des manifestants à Bamako, a laissé le capitaine Sanogo et une coalition fragile composée de soldats et de civils en charge de la politique nationale. Il semble de moins en moins plausible que le gouvernement de transition dirigé par M. Traoré parvienne à pacifier le pays et à ouvrir la voie à l’organisation d’un scrutin en 2013.

Alors que la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a signalé qu’elle était prête à déployer une force d’intervention sur le terrain, les appels à une action militaire directe formulés par les voisins du Mali en Afrique de l’Ouest et par des acteurs extérieurs ont été mis en sourdine.

Depuis Paris, le président béninois Thomas Boni Yayi, qui est aussi le président en exercice de l’Union africaine, a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à autoriser la création d’une force africaine semblable à celle déployée en Somalie pour intervenir au Mali, ne serait-ce que pour éviter un « Afghanistan ouest-africain ». M. Yayi a par ailleurs nié l’existence d’un nouvel État indépendant sur le territoire malien.

L’Union européenne s’est aussi fermement opposée à toute atteinte à l’intégrité territoriale du Mali. Si le nouveau président français François Hollande a préféré s’abstenir d’engager la France dans une éventuelle intervention militaire, il a cependant manifesté son soutien à la CEDEAO dans la recherche d’une solution pacifique, une tâche qui incombe actuellement au président burkinabé Blaise Compaoré.

Sources : RFI, El Watan, AFP, Le Monde

cs/cb-gd/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help make quality journalism about crises possible

The New Humanitarian is an independent, non-profit newsroom founded in 1995. We deliver quality, reliable journalism about crises and big issues impacting the world today. Our reporting on humanitarian aid has uncovered sex scandals, scams, data breaches, corruption, and much more.

 

Our readers trust us to hold power in the multi-billion-dollar aid sector accountable and to amplify the voices of those impacted by crises. We’re on the ground, reporting from the front lines, to bring you the inside story. 

 

We keep our journalism free – no paywalls – thanks to the support of donors and readers like you who believe we need more independent journalism in the world. Your contribution means we can continue delivering award-winning journalism about crises. Become a member of The New Humanitarian today

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join