The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Monde

Un nouveau mécanisme pour améliorer la sécurité alimentaire

A girl relaxes on the sacks of maize at the food distribution in Jowhar, Somalia, September 2007. Up to 1.5 million of Somalia's estimated seven million people need food aid. Nearly 300,000 face severe food shortages in the Horn of Africa nation.
A girl rests on the sacks of maize at a WFP food distribution in Jowhar, Somalia. September 2007 (Manoocher Deghati/IRIN)

Depuis le mois d’avril, la communauté humanitaire se prépare à lancer un nouveau mécanisme destiné à allier les savoir-faire en termes d’aide alimentaire et d’aide agricole en vue de renforcer la sécurité alimentaire et d’améliorer la résistance des communautés touchées par l’insécurité alimentaire à la suite d’une catastrophe.



L’évaluation de l’approche des « responsabilités sectorielles » (cluster approach) réalisée en 2010 par le Global Public Policy Institute (GPPI) et le Groupe Urgence, Réhabilitation, Développement (URD) recommandait la mise en place d’un nouveau mécanisme ou « groupe sectoriel » mondial de sécurité alimentaire, pour aider les communautés touchées par l’insécurité alimentaire à la suite d’une catastrophe.



Selon Graham Farmer, le coordinateur de ce nouveau groupe, ce dernier fonctionne sous la direction conjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM).



L’approche des « responsabilités sectorielles », lancée en 2005, est un des outils employés par les travailleurs humanitaires dans le cadre des interventions d’urgence en cas de crue, de sécheresse ou de séisme, par exemple. Un « groupe sectoriel » rassemble des organismes des Nations Unies, des organisations non gouvernementales (ONG) et d’autres organisations internationales dans un secteur ou autour d’un service assuré au cours d’une crise humanitaire.



L’approche des « responsabilités sectorielles » englobe actuellement 11 groupes ou secteurs tels que la logistique, l’eau et l’assainissement, le rétablissement rapide et la nutrition. L’agriculture, en tant que groupe distinct, disparaîtra dans le cadre du nouveau système.

« Sur le terrain, tout le monde s’accorde à dire qu’un des plus grands défis [au cours d’une crise humanitaire] consiste à mettre en œuvre une vraie méthode de “rétablissement rapide” – d’introduire le rétablissement et le développement le plus tôt possible dans le cadre des secours d’urgence et de renforcer cette transition », a déclaré Julia Steets du GPPI, expliquant ainsi les raisons de la décision, prise en décembre 2010, de mettre en place ce nouveau groupe.



C’est tout particulièrement le cas dans le secteur de l’aide alimentaire, car les interventions alimentaires à court terme, si elles ne sont pas bien gérées, peuvent saper d’autres interventions à long terme, a-t-elle ajouté, en créant une dépendance et en ralentissant le rétablissement.

Le groupe mondial de sécurité alimentaire s’assurera qu’il n’y ait pas « d’occasions manquées » - par exemple, en distribuant des semences en même temps que l’aide alimentaire si la catastrophe a eu lieu juste avant la période des semailles.









« C’est tout particulièrement le cas dans le secteur de l’aide alimentaire, car les interventions alimentaires à court terme, si elles ne sont pas bien gérées, peuvent saper d’autres interventions à long terme en créant une dépendance et en ralentissant le rétablissement »

« Il pourra s’agir par exemple de mettre en œuvre un programme argent contre travail [en tant qu’intervention d’urgence] pour réparer les infrastructures agricoles telles que les routes ou les barrages endommagés au cours de la crise, afin de préparer la communauté au prochain cycle de semailles », a indiqué M. Farmer.



Le groupe responsable de l’agriculture est généralement parmi ceux qui reçoivent le moins de fonds, ce qui restreint les perspectives de rétablissement, a indiqué Mme Steets. Conjuguer l’agriculture à l’aide alimentaire, le secteur « qui généralement reçoit, de loin, le plus de financements », permettrait d’obtenir un soutien et des financements plus importants en faveur de solutions à long terme, a-t-elle ajouté.



Dans les pays en développement, plus sujets aux catastrophes naturelles, près de 80 pour cent de la population dépend de l’agriculture pour manger et gagner sa vie.



Exploiter les connaissances locales



Généralement, le rôle des groupes mondiaux est de renforcer la préparation et les capacités des interventions d’urgence, a expliqué M. Farmer, et « c’est ce que nous comptons faire ». Les groupes locaux ou nationaux s’assurent quant à eux que les interventions face aux crises sont efficaces et que toutes les ONG sont sur la même longueur d’onde.



Mais la caractéristique la plus innovante de ce nouveau groupe mondial de sécurité alimentaire pourrait bien être que, contrairement aux autres groupes, il définira ses priorités en fonction des besoins des groupes locaux et nationaux existants, selon Mme Steets. Il adhèrera ainsi à l’approche ascendante recommandée dans l’évaluation GPPI/URD.



Selon les conclusions de l’évaluation GPPI/URD, l’exclusion des ONG locales et nationales – et souvent l’absence de mesures prises en vue de prendre contact avec les mécanismes de coordination et d’intervention existants, d’en tirer parti et de les soutenir– est une lacune majeure du système des responsabilités sectorielles.



Cela s’explique en grande partie par une analyse insuffisante des structures locales et par le manque de « critères et de stratégies de transition et de retrait clairs », d’après les conclusions du rapport d’évaluation. « De ce fait, l’introduction des groupes a, dans plusieurs cas, affaibli la prise en charge et les capacités locales et nationales », peut-on lire dans le rapport.



Débordés



Dans bon nombre de pays, les groupes de sécurité alimentaire « étaient en fait parmi les plus fréquentés et les plus concrets, justement parce qu’ils réagissaient en fonction de la demande, et non en s’imposant », a expliqué Mme Steets. « Pourtant, les pauvres gens qui dirigeaient ces groupes étaient souvent débordés, car ils n’avaient pas de temps officiellement consacré à cette tâche et n’avaient aucune structure de soutien, etc. ».



Selon Mme Steets, le nouveau groupe mondial de sécurité alimentaire « peut dès le départ tirer parti d’une structure locale et répondre à ses besoins. Et c’est tout à fait comme cela que le groupe mondial devrait opérer : en commençant par dialoguer avec les groupes locaux de sécurité alimentaire existants [ou d’autres groupes semblables] – à la fois à l’échelle locale et nationale – et en déterminant de quel type d’assistance ils ont besoin, que ce soit en termes d’élaboration de politiques, de directives, de formations, de capacités d’intervention rapide, de pré-acheminement, etc. ».



« Ce serait un véritable désastre s’ils manquaient cette occasion et commençaient à créer des outils et à formuler des directives qui risqueraient d’être dénués de toute pertinence sur le terrain ».



M. Farmer a néanmoins indiqué qu’ils entendaient bel et bien consulter les parties prenantes. 



jk/cb – nh/amz

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join