Trente ans plus tard

Trente ans après l’apparition du premier cas de VIH, on estime que 30 millions de personnes sont mortes de causes liées au virus, 34 millions autres sont porteuses du virus et quelque 7 000 individus sont infectés par jour. Mais il n’y a pas que de mauvaises nouvelles : selon un nouveau rapport de l’ONUSIDA, 1,4 million de personnes (chiffre le plus élevé jamais enregistré sur une année) ont entamé une thérapie antirétrovirale en 2010, et le taux d’infection au VIH a diminué de près de 25 pour cent au niveau mondial entre 2001 et 2009.



Faits et chiffres sur le VIH/SIDA :



- Entre 1981 et 2000, le nombre de personnes vivant avec le VIH est passé de moins d’un million à quelque 27,5 millions.



- En 2010, on estime à 34 millions le nombre de personnes séropositives.



- Le nombre de nouvelles infections n’a cessé de diminuer : le taux d’incidence du VIH a diminué de près de 25 pour cent au niveau mondial entre 2001 et 2009.



Faits et chiffres sur le traitement :



- En décembre 2010, on estimait à environ 6,6 millions le nombre de personnes sous traitement antirétroviral à travers le monde – c'est-à-dire près de 22 fois plus qu’en 2001.



- Selon les estimations, 9 millions de personnes admissibles au traitement n’y avaient toujours pas accès.



Faits et chiffres sur la prévention de la transmission mère-enfant :



- En 2005, seulement 15 pour cent des femmes enceintes séropositives dans les pays à revenu faible ou moyen recevaient une prophylaxie antirétrovirale.



-Alors que le nombre de femmes bénéficiant de services de prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant continue à augmenter, on estime à 370 000 le nombre d’enfants nouvellement infectés par le VIH en 2009 : ce qui correspond à une chute de 26 pour cent par rapport à 2001.



Faits et chiffres sur la stigmatisation et la discrimination :



- Le pourcentage de pays dotés de programmes visant à lutter contre la stigmatisation et la discrimination est passé de 39 pour cent en 2006 à 92 pour cent en 2010, mais seulement la moitié d’entre eux ont alloué un budget à de tels programmes.



- La Chine, la Namibie, l’Ukraine et les Etats-Unis ont récemment levé les restrictions au voyage pour les personnes vivant avec le VIH.



- Au total, 47 pays, territoires et régions continuent d’imposer une certaine forme de restriction à l’entrée, au séjour et à la résidence des personnes vivant avec le VIH, alors que plus de 56 pays disposent de lois incriminant la transmission du virus.



- Au total, 116 pays, territoires et régions criminalisent certains aspects du commerce du sexe, alors que 79 pays et territoires criminalisent les rapports sexuels entre adultes consentants de même sexe. Parmi ces pays, 85 pour cent se trouvent en Afrique de l’Est et australe, 81 pour cent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et 69 pour cent dans les Caraïbes.



- Au total, 32 pays sont dotés de lois autorisant la peine de mort pour des délits liés aux drogues et 27 prévoient l’incarcération obligatoire des consommateurs de drogues.



Faits et chiffres sur les groupes à risque élevé :



- Entre 2008 et 2010, dans les pays communiquant des données sur les populations les plus exposées, le taux de prévalence du VIH est passé de 44 pour cent à 50 pour cent parmi les travailleurs du sexe et de 30 pour cent à 36 pour cent parmi les hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes. Le taux de prévalence chez les utilisateurs de drogues injectables, quant à lui, s’est stabilisé à une hauteur de 28 pour cent.



- Dans au moins 69 pays où des consommateurs de drogues injectables ont été répertoriés, il n’existait aucun programme d’échange de seringues. Dans 19 des 39 pays dotés de programmes antirétroviraux destinés à ce groupe à risque élevé, seulement 10 pour cent des consommateurs de drogues injectables admissibles à un traitement antirétroviral en recevaient un en 2010.



- Les programmes destinés aux groupes à risque élevé ont donné des résultats : selon les données recueillies dans 56 pays en 2008 et en 2010, 84 pour cent en moyenne des travailleurs du sexe utilisaient un préservatif avec leur dernier client (l’utilisation du préservatif variait entre deux tiers et près de 100 pour cent).



kr/mw –cd/amz