Plus de 2 000 écoles fermées par crainte de la pandémie grippale

En Irak, plus de 2 000 écoles ont été fermées suite à une vague de panique concernant la propagation potentielle du virus de la grippe H1N1 2009, selon des responsables.



D’après le ministre de l’Éducation, Khudhair Al-Khuzaie, la fermeture non autorisée des écoles est un acte « illégal et peu professionnel », pointant du doigt des « articles exagérés des médias qui ont provoqué cette panique ».



« La semaine dernière, nous avons diagnostiqué quatre cas de grippe H1N1 parmi les élèves de la province de Kut, dans le sud du pays. Lorsque le nombre de cas a atteint 25, nous avons décidé de les placer en quarantaine et de fermer l’école [que fréquentaient ces élèves] », a dit Ihsan Jaafar, un fonctionnaire haut-placé du ministère de la Santé.



Quelques jours plus tard, d’autres cas ont été confirmés dans six écoles de Bagdad. « Nous avons donc fermé ces établissements, ce qui amène le nombre d’écoles fermées suite à la décision du ministère de la Santé à sept », a dit M. Jaafar à IRIN.



Dans le sud de l’Irak, « une panique injustifiée » a poussé certains responsables à fermer des écoles où aucun cas de H1N1 n’avait été détecté, une mesure que le ministère de la Santé juge « inacceptable », a ajouté M. Jaafar.



Le 20 octobre, deux fonctionnaires des provinces de Thi Qar et de Kut, dans le sud du pays, ont indiqué que près de 2 500 écoles et maternelles fermeraient leurs portes afin de prévenir la propagation du virus.



D’après Muthana Hassan Mahdi, de la Direction de l’éducation de la province de Kut, le 21 octobre, 950 écoles et maternelles ont été fermées pour une période de cinq jours par mesure de précaution.



Hadi Al-Riyahi, un responsable local de la santé, a quant à lui indiqué qu’à partir du 22 octobre, 1 477 écoles de la province de Thi Qar seraient fermées pour une période de 10 jours.



Kut et Thi Qar se trouvent respectivement à 160 kilomètres et 320 kilomètres au sud de Bagdad.



Mesures de précaution



Selon M. Jaafar, les écoles devraient uniquement fermer leurs portes si un enseignant et deux ou trois élèves sont atteints de la grippe H1N1. Les malades devraient dans ce cas être placés en quarantaine et l’école, stérilisée. Un suivi médical devrait également être organisé pour les familles des élèves infectés et les autres élèves, a-t-il ajouté.



Les stocks de Tamiflu sont suffisants pour traiter 300 000 cas, et un arrivage de 150 000 doses supplémentaires est attendu dans les prochains jours, a indiqué M. Jaafar.



D’après le ministère de la Santé, le nombre total de cas confirmés de H1N1 en Irak est de 523. Cent treize sont des Irakiens et le reste, des étrangers, notamment des membres des forces armées américaines. Il n’y a eu pour l’instant que trois morts.



Le ministre de l’Éducation, M. Al-Khuzaie, a estimé que le surpeuplement des écoles dû au manque de bâtiments scolaires représentait un facteur de risque accru. Il a indiqué que le pays avait besoin de quatre milliards de dollars afin de construire plus de 4 500 nouvelles écoles et ainsi résoudre le problème de surpeuplement dans les quelque 19 000 écoles que compte l’Irak.



sm/at/cb/gd/ail