La philosophie du couple Gates

Paul Currion

Chroniqueur pour IRIN 

Note de l'auteur

Paul Currion travaille comme consultant indépendant auprès des organisations humanitaires. Il a auparavant participé à des interventions humanitaires au Kosovo, en Afghanistan et en Irak et dans des pays affectés par le tsunami de l’océan Indien.

Nouvelle année, nouvelle lettre annuelle de Bill et Melinda Gates, dans laquelle l’homme le plus riche de la planète dit à tout le monde comment arrêter d’être aussi bougrement pauvre.

Si Bill Gates donnait directement tout son argent, chaque habitant de la terre recevrait environ 10,43 dollars. Heureusement, il ne se laisse pas influencer par un tel « journalisme de données » de bas étage. Non, la lettre de 2016 révèle que la stratégie de la Fondation Gates se base plutôt sur une simple question : si Bill et Melinda pouvaient avoir un super-pouvoir, quel serait-il ?

Comme Bill et Melinda sont des gens complètement normaux qui mènent une vie complètement normale, ils ont fait un bel effort pour paraître complètement normaux en laissant entendre qu’eux aussi, comme le reste d’entre nous, jonglent non sans peine avec leur travail et leurs enfants. Après avoir pleuré sur leur sort toutes les larmes de mon corps, j’ai lu leur réponse : les super-pouvoirs qu’ils ont choisis sont « plus de temps ! » et « plus d’énergie ! »

Quels super-pouvoirs bidon ! Bill Gates rêve peut-être secrètement d’être SnowFlame, le méchant qui a acquis une force et une vitesse surhumaines en ingérant une quantité prodigieuse de cocaïne — oui, oui, il s’agit d’un véritable personnage d’une BD publiée par DC Comics (pour leur défense, c’était dans les années 1980). Malheureusement, nous ne pourrons jamais le savoir, car ces réponses ne sont bien évidemment pas authentiques : elles ont été soigneusement conçues par l’équipe marketing de la Fondation Gates pour lancer le débat sur la pauvreté.

Bill Gates n’a pas tort lorsqu’il affirme que la pauvreté « n’est pas qu’une question de manque d’argent » et la définit comme « l’absence des ressources dont les pauvres ont besoin pour réaliser leur potentiel ». C’est là que le temps et l’énergie entrent dans leur ligne de compte et les Gates militent sans relâche pour mettre fin à la pauvreté énergétique et reconnaissent le problème connexe du manque de temps. Melinda Gates creuse même la question du désavantage des femmes dû aux normes culturelles qui les condamnent à vivre d’un dur labeur non rémunéré et non reconnu. 

L’avis de Paul Currion sur...

L’accueil des réfugiés

La réforme du système humanitaire

Les associations d’aide aux réfugiés

La biométrie à usage humanitaire

La sécurité des humanitaires

Malheureusement, la Fondation Gates veut résoudre ces grands problèmes sociaux tout en évitant de grands problèmes politiques. Pourtant, comme le fait remarquer Duncan Green dans son livre De la pauvreté au pouvoir, lorsque l’on demande aux plus démunis de donner leur propre définition de la pauvreté, ils la décrivent comme « un sentiment d’impuissance, de frustration, d’épuisement et d’exclusion des prises de décision » — autrement dit, un manque de puissance politique plutôt que de puissance électrique.

Bill Gates vise un « miracle énergétique », mais s’il concède gracieusement que les gouvernements ont un important rôle à jouer pour permettre de nouvelles avancées, son conseil aux lecteurs est de « s’éduquer » et « d’étudier fort » afin de libérer « la capacité humaine à innover ». Pour Melinda Gates, « l’objectif est de changer ce que nous considérons comme normal », mais sa démarche est exactement la même : « la solution, c’est l’innovation et vous pouvez y participer ». Ah, l’innovation ! C’est comme la cocaïne : si l’on en consomme assez, tout semble possible !

Les Gates ne laissent aucunement entendre que la pauvreté énergétique puisse en partie s'expliquer par une certaine inégalité énergétiquel’inégalité est un problème politique que l’innovation ne peut résoudre. M. Gates a beau admettre que l’inégalité est une question importante, sa richesse reste le produit d’un système capitaliste néolibéral qui est à l’origine d’une grande partie de cette inégalité. Comme de bons produits de la mentalité de la Silicon Valley qu’ils sont, les Gates proposent cependant des solutions qui ne remettent pas en question le système qui les a enrichis, mais plutôt qui l’étendent « pour augmenter la portée des forces du marché afin que plus de gens puissent faire profit ou obtenir une certaine reconnaissance en travaillant à l’atténuation des injustices mondiales ».

Cette logique néolibérale a été progressivement appliquée au secteur de l’humanitaire, en soumettant l’éthique à une démarche technocratique qui tient davantage de l’ingénierie. Le néolibéralisme a phagocyté l’État et déstabilisé l’économie, ce qui n’a pas rendu service à la plupart d’entre nous, mais qui a à peine affecté les plus riches. Que si peu de personnes accaparent autant de richesse semble contraire aux principes que nous défendons, mais l’appel de l’argent est trop irrésistible pour les ONG. Nous sommes généralement trop occupés à quémander des financements à la Fondation Gates pour mettre en doute le bien-fondé de l’impact aussi disproportionné sur les politiques publiques d’une institution non élue, non tenue de rendre des comptes et fondamentalement antidémocratique.

Pour en revenir à la consommation excessive de drogue, Aldous Huxley a écrit : « les lieux habités par les déments et les exceptionnellement doués sont tellement différents des lieux où habitent les hommes et les femmes ordinaires, qu’il n’y a que peu ou point […] de base à la compréhension ou à un sentiment de sympathie. » Les Gates ne sont pas déments, mais ils sont si insensément riches qu’il est difficile de penser qu’ils habitent les mêmes lieux que nous.

En 2015, ils avaient investi 31,5 milliards de dollars de leur richesse personnelle dans la Fondation, mais cela laissait toujours à Bill un patrimoine net de 76,9 milliards de dollars. Ils ont déjà un super-pouvoir : ils sont si riches qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Alors nous pouvons les applaudir pour leur volonté de sensibiliser le public et de mobiliser des ressources pour lutter contre certains problèmes cruciaux, mais nous devons aussi nous demander pourquoi — avec tout leur pouvoir — ils ne voient pas le problème qui nous appauvrit tous : ce même système politique et économique qui leur a donné ce pouvoir.

pc/ha/ag-xq/amz