Une ligne « info-sida » pour les professionnels de la santé

Un numéro vert a été mis à la disposition des professionnels de la santé en Côte d’Ivoire pour leur permettre d’obtenir des informations sur le dépistage, le conseil et la prise en charge du VIH/SIDA, et ainsi les aider à mieux répondre aux besoins de leurs patients.

Officiellement lancé mi-octobre par le ministère ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique, ce numéro gratuit, le 800 11 000, « doit parvenir à maintenir le personnel [de santé] à la pointe du savoir et à [améliorer] la qualité des prestations, tout en rapprochant les [services] VIH/SIDA des malades en vue de limiter le coût des déplacements », a expliqué le ministre Allah Kouadio, lors de la cérémonie de lancement.

Les professionnels de la santé confrontés à des difficultés dans le traitement de leurs patients séropositifs pourront également obtenir auprès des trois spécialistes du VIH/SIDA qui se relaieront pour leur répondre des indications leur permettant de référer ces patients aux centres de prise en charge les plus proches de chez eux.

« Ce dispositif d'appel téléphonique gratuit permettra [aussi] aux praticiens impliqués dans la prise en charge du VIH/SIDA d'appeler en cas de besoin d'informations et de conseils spécifiques en matière ... d'infections opportunistes, de recherche vaccinale, de prise en charge psychosociale, d'éthique et de déontologie », a expliqué le docteur Joseph Esombo, directeur de la Fondation Elisabeth Glazer pour le sida pédiatrique (EGPAF), qui a soutenu le lancement de ce service.

Une initiative unique en Côte d’Ivoire : à ce jour, les seules lignes vertes d’information sur le VIH/SIDA, mises en place par des organisations non gouvernementales, étaient destinées au grand public et aux personnes vivant avec le virus.

« Nous savons qu’il est nécessaire de donner la vraie information aux malades, mais nous disons qu’il était aussi important que les professionnels de la lutte contre la pandémie, chargés de relayer l’information, aient une bonne source », a expliqué le docteur Patrice Kouadio du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody, un quartier d’Abidjan, le grand port économique du sud du pays.

Initiée par des médecins du CHU de Treichville, à Abidjan, eux-mêmes formés à la prise en charge globale du VIH/SIDA, et mise en place par le Centre d'information pour la prise en charge du VIH/SIDA en Côte d'Ivoire (CIPEC), cette ligne verte est accessible en semaine durant les heures d’ouverture des bureaux, selon le ministère.

aa/ail